Privés de droit de vote pour une AG en visio

Privés de droit de vote pour une AG en visio

De l’application à géométrie variable des statuts fédéraux

Doit-on s’étonner de la tenue de l’AG fédérale de la FFE et de l’IFFE si tôt dans l’année ? Un samedi 2 avril, une première dans son histoire. Elle sera associée à une AG extraordinaire. Pour rappel, l’assemblée de l’année dernière s’était tenue un 29 mai. Une question se pose immédiatement : comment expliquer une telle précipitation ?

Doit-on s’offusquer de sa tenue en visioconférence alors que chacun sait que plus aucune restriction n’impose désormais cet exercice impersonnel, décharné et anesthésiant toute forme d’échanges et d’émulation ? La réponse est oui.

Les clubs, comités départementaux, ligues et comités régionaux organisent leurs réunions en présentiel pour répondre aux besoins de se retrouver, de se rassembler et parce qu’ils savent que c’est comme cela que les bonnes idées se confrontent et aboutissent.

L’AG se déroulera en visio-conférence alors que rien ne le justifie !

L’AG 2022 sera la première AG de plein exercice de la nouvelle équipe élue. Il est essentiel de pouvoir rétablir des échanges entre les élus et les délégués des clubs. Seules des réunions en présentiel offrent la liberté et le partage propices au dialogue. L’article 32.1 du RI prévoit la possibilité de recourir à des réunions dématérialisées « lorsque les circonstances et notamment l’urgence ou l’économie de moyens, le commandent ». Aucune de ces causes ne peut être invoquée, nous sommes confrontés à un abus d’autorité dommageable au fonctionnement démocratique de notre fédération. Escrimes Plurielles a régulièrement relevé les nombreuses entorses aux règlement intérieur et statuts fédéraux, elles s’accumulent…

Les délégués se souviennent de l’organisation chaotique de l’année dernière (mai 2021) à l’occasion de laquelle ils ont reçus les informations financières de leur fédération le matin même de la réunion, inhibant ainsi toute analyse, questions et débats.

Espérons cette fois, qu’avec une trésorière élue s’appuyant sur une comptable salariée et conseillée par un cabinet d’expertise comptable mandaté en cours de saison (dans la plus grande discrétion) et d’un commissaire aux comptes, les délégués bénéficient d’une information transparente, en temps et en heure et dans le respect des statuts, basée sur un bilan, un compte de résultat et leurs annexes essentielles pour interpréter les mouvements.

Certains délégués se voient privés de leur droit de vote à l’AG !

Espérons aussi retrouver la sérénité et sincérité dans les débats. Encore faudrait-il qu’ils aient lieu. En effet, un certain nombre de délégués ont été destinataires de mails leur indiquant qu’ils ne pourront pas voter au prétexte que leur licence date de moins de 6 mois, en application de l’article 13.4 des statuts. Nous parlons des délégués, élus par les clubs de leurs régions, licenciés sans discontinuité depuis des années et engagés bénévolement pour l’escrime. Élus qui ne pourront pas voter parce que leur prise de licence serait hors délai de quelques jours ? Cette décision suscite l’incompréhension et la colère de tous les délégués attaqués sur le renouvellement de leur licence. En d’autres temps, on aurait évoqué une chasse aux sorcières, mais non, ce n’est qu’un dérapage de plus.

Cela n’empêchera pas les délégués de participer à l’AG, de poser des questions, d’animer les débats et d’exprimer (si possible) leur opinion.

- 21 mars 2022 - 657 Views