Bilan fédéral 18 mois

Bilan fédéral 18 mois

Les conséquences de la gouvernance actuelle se révèlent déjà plus graves qu’on ne pouvait l’imaginer.

1- beaucoup de confusion, d’amateurisme et de mauvais choix pour la vie sportive au démarrage et au cours de cette saison avec pour conséquence une démotivation, une incompréhension et une colère au sein des clubs.

2- l’opacité de la gestion financière ne rassure personne même si la situation actuelle ne met pas en péril la continuité de l’activité compte tenu de l’héritage laissé par l’équipe précédente. Le risque existe de conduire la fédération à un affaiblissement dangereux de ses réserves, dans un contexte où la tendance des financements publics sera à la baisse après 2024.

3- la gestion des CTS interroge car elle a entraîné une démobilisation historique de ceux qui sont le bras armé de la fédération.


4- la déstabilisation du collectif haut niveau dans un contexte international en manque de repères génère de l’inquiétude là où il faut de la confiance.


5- L’absence d’une stratégie de formation pour les enseignants d’aujourd’hui et de demain ne permet pas de répondre aux questions et aux attentes des clubs.

6- le projet de relance de l’escrime artistique est au point mort. (le premier et dernier stage en date est annulé au 4/03/22.


7- Sans nouvelles du sabre laser qui n’avance plus qu’au ralenti, sur son erre, on se demande si ce projet survivra.

8- 14 agents – 11 cadres d’état et 3 salariés – ont quitté le service de la fédération.

9- Sans que rien ne le justifie, l’Assemblée générale du 2 avril prochain, se tiendra en distanciel ! Alors que depuis le début de la mandature les statuts et règlements fédéraux n’ont pas toujours été appliqués, certains délégués sont arbitrairement privés de leur droit de vote.

Nous sommes bel et bien entrés dans une phase de régression.

Promesses restées lettres mortes (extraits du programme de M. Gares)

Pour la gouvernance: 

  • Le cumul des mandats sera proscrit y compris pour le président qui ne siégera ni à la FIE ni à la CEE.
  • Nous estimons essentiel de remettre les comités départementaux au cœur de la vie fédérale.
  • Dans les zones les plus urbaines les comités interdépartementaux seront les relais privilégiés de la fédération.
  • Un comité national des présidents de région sera créé… Il verra le jour dans les six mois suivant l’élection et aura une voix consultative au comité directeur.
  • Le cercle des présidents de clubs est au cœur de notre projet. Il sera créé dans les six mois suivant l’élection et sera en lien constant avec le président de la fédération. Il siégera et aura une voix consultative au comité directeur.
  • Nous mettrons en place des outils de démocratie participative. Des débats seront organisés, et le cas échéant, tranchés lors d’un vote électronique.
  • Nomination de trois DTN, un DTN/arme, coordonnés par un directeur sportif (ex DTN).
  • En outre, nous n’avons aucune nouvelle des nombreux sponsors annoncés !

Pour les formations :

  • Créer un CFA au niveau fédéral un centre de formation des apprentis. (Le CFA est celui du judo)
  • Référencer les BP, DE et DES dans Parcoursup.
  • Créer une école internationale d’escrime avec le label Erasmus plus.
  • Augmenter le nombre de femmes dans les formations.
  • Créer un système de tutorat.
  • Cinq titres professionnels seront créés au fleuret, à l’épée, au sabre, en sport santé et en escrime artistique
  • Développement des conventions avec les fédérations scolaires et universitaires… et UCPA.

Clubs et Vie sportive :

  • Création d’une licence temporaire pour les affinitaires.
  • Création d’un poste d’assistant maître d’ouvrage pour les clubs et la création de salle.
  • Création d’une prime pour l’emploi pour 50 clubs/an parmi ceux qui bénéficient déjà d’aides à l’emploi de l’État ou de la région.
  • Création de plateaux sportifs pour les 7–12 ans
  • Création de kits de communication pour les clubs.
  • Mise en place des ambassadeurs de l’escrime, avec déplacement sur toutes les épreuves
  • Handicap : signature de conventions avec les ARS/CNSA/APAJH. Création d’une formation qualifiante, création d’un label handicap, prime pour les clubs les plus innovants, création de circuits Handy-valides, création d’un comité national de coordination entre la FFE et la FFH.
  • Création d’un carton bleu pour les coaches et parents dans les compétitions. Deux cartons bleus signifiant l’exclusion.

Outre-mer : renforcement de la coopération avec les équipes des Caraïbes.
Vétérans : organisation de tournois au niveau départemental, Inter départemental et régional. Organisation de stages encadrés pour préparer les échéances internationales.

Promesses réalisées 

Création des mardis de l’équipe de France (deux fois et on passe de chaque mois à tous les deux mois) : une initiative intéressante si elle peut servir équitablement les clubs.

  • Il y aura un rassemblement régional de nos enseignants (action déjà existante : journée des éducateurs).
  • Création d’un pass’découverte pour les scolaires. (licence scolaire sans existence statutaire)
  • Création des jeudis de l’entreprise, avec à la clé la création d’un club des partenaires : une seule fois
  • Création de My Coach, une application numérique au service des clubs. Mais pour quel coût ? Quels engagements ? Quels Avantages et quels inconvénients ? Répond-il aux besoins ?

Bilan des Décisions et Actions

Fonctionnement

  • Destruction de la DTN. Il aura fallu attendre huit mois pour nommer une DTN non spécialiste de l’escrime qui déclare qui a besoin de temps pour s’acculturer à notre sport, la conséquence : deux ans de perdus.
  • Les CTS sont écartés de la réflexion et de la politique fédérale.
  • Changement de direction administrative. Litige en cours.
  • Changement d’agence de voyage, dont nous étions actionnaires.
  • Changement d’agence de communication.
  • Contrat avec le cabinet d’expertise comptable, repoussé par l’Assemblée générale en tant que co-commissaire aux comptes.

Tous ces changements et décisions ont été réalisés sans en référer au Comité directeur. Ils entraînent des surcoûts de fonctionnement.

Vie sportive

Rien ne se passe pendant un an et, le 11 septembre, sans aucune concertation avec le Comité directeur, un nouveau règlement sportif est imposé aux clubs de France dont les modifications mettent les clubs en difficulté et en colère. Un nouveau règlement sportif toujours plus ou moins à l’état de brouillon puisqu’il change encore au gré du vent, organise le désordre. Le calendrier reste indécis et incomplet, les sélections diverses obéissent à des critères obscurs, les formules de circuits mettent en grande difficulté les organisateurs. On assiste à des annulations d’épreuves dans la même semaine, les feuilles de route sont erronées, publiées sans vérification, certaines feuilles de route internationales sont introuvables. Les circuits nationaux sont traités « à la carte » et sans logique sur la prise en charge des arbitres. Les appels téléphoniques à la fédération pour obtenir des informations restent malheureusement infructueuses…

Les statuts ne sont pas respectés par la gouvernance de monsieur Gares : ceci est un motif de mise en cause de l’agrément ministériel.

  • L’ordre du jour de l’Assemblée générale ordinaire du 29 mai n’a été ni présenté ni validé par le comité directeur : huit points sur 12 sont donc non conformes aux statuts.
  • Lors de l’Assemblée générale ordinaire le président n’a pas présenté de rapport moral.
  • Lors de l’Assemblée générale ordinaire, un prêt garanti par l’État de 663 000€ a été présenté comme fond destiné à des prêts accordés au club, ce qui est légalement… trouble. 
  • Le conseil d’administration de l’IFFE est toujours non conforme puisqu’une fausse AG élective s’est tenue le 26 avril pour le nommer. De nouveaux statuts sont proposés pourquoi ? Pas de diagnostic, pas de projet, pas de programme et pas d’AG extraordinaire pour les modifier. Aucune action en vue sur les titres professionnels.
  • Les Comités directeurs ne laissent place à aucun dialogue, les prises de paroles sont très encadrées (pour ne pas dire bridées), les nombreuses questions écrites doivent être formulées dans un cadre très strict annihilant toute spontanéité et n’obtiennent que des réponses écrites sans possibilité de débat. Les questions orales, pour peu qu’elles aient pu être posées en séance n’obtiennent pas de réponse. Tel est le fonctionnement du Comité directeur de la fédération: démocratie absente.
  • Aucune Assemblée générale extraordinaire n’a été programmée pour modifier les statuts afin de créer les nouvelles licences qui constituent l’un des éléments clés du Plan d’accompagnement des clubs. Les nouvelles licences escrime artistique, sabre laser, santé, scolaire sont toujours statutairement inexistantes.
  • L’Assemblée générale du 2 avril 2022, se tiendra en visio-conférence, sans raison « valable. »
  • L’Assemblée générale du 2 avril 2022, sera encore une fois non conforme aux statuts, son Ordre du jour n’ayant pas été fixé par le Comité directeur. L’Odj a été envoyé le 17mars, alors que le CD se tenait le 19 mars, maladresse ou mépris ?
  • L’Assemblée générale du 2 avril 2022 sera entâchée d’une privation abusive du droit de vote d’un certain nombre de délégués, représentants des clubs, élus pour la mandature.
  • L’Assemblée générale extraordinaire du 2 avril 2022, convoquée le 21 janvier mais dont l’Ordre du jour a été reçu le 17 mars, ne pourra se tenir conformément aux statuts qui prévoient qu’elle doit être convoquée avec son Ordre du jour au moins un mois avant la date.

Les présidents de comités régionaux qui participaient au comité directeur depuis 1984 ne    sont plus invités et sont, de fait, écartés des travaux sur la politique fédérale. Ils sont réinvités pour la première fois au Comité directeur du 18 décembre 2021.

La mise en place tardive d’un conseil des présidents de CRE ne rencontre pas d’adhésion.

Les contrats de progrès ansi que la ré-organisation de la filière de performance qui affectent les Comités régionaux suscitent défiance et inquiétudes.

Haut niveau

Déstabilisation, changement d’entraîneurs, mise à l’écart des entraîneurs médaillés, vacance du poste de la direction de la performance (L. Plumenail décide de retourner au fleuret dames). Regroupement du Pôle France Relève fleuret dames de Wattignies avec le pôle d’Aix en Provence et déplacement du pôle épée dames de Talence à Wattignies, au mépris du double projet des athlètes. Délocalisation des Pôles France Relève de sabre au CREPS de Bordeaux. Le Pôle féminin n’a toujours pas trouvé de cadre. Sans parler du défaut de contrôle anti-dopage sur les CM de St Maur et Orléans…

Finances

Opacité récurrente, pas de débat, peu d’informations. Présentation des comptes en Assemblée générale et en Comité directeur réduite au minimum ; pas d’annexes donc pas d’explications. Le document présenté à l’AG 2021tient en 6 pages au lieu de 20 pages. Bruno Gares est assis sur un trésor de guerre grâce à l’héritage de l’équipe précédente : la continuité de l’activité de la FFE n’est pas menacée… Mais jusqu’à quand ? Les moyens financiers de la FFE pour l’année 2021 se situent à un niveau jamais atteint. Cependant le poids de l’argent public est aussi plus important que jamais, alors que le niveau des fonds propres diminue (licences, partenariats).
Le plan d’accompagnement des clubs se résume à une distribution d’argent. Aucun dispositif d’aide concrète, aucun appel à projets, aucune organisation de soutien aux clubs n’est proposée. Le Plan d’accompagnement consiste à : a) diminuer le coût des licences, b) rembourser les licences 2020-2021, c) proposer des prêts financiers (les demandes s’élèvent à 5000 € sur un fond de 663 000 € !!!). Une gestion qui consiste à augmenter les dépenses tout en diminuant les recettes !

A porter au crédit de monsieur Gares

  • La newsletter hebdomadaire assez bien faite. Une très bonne idée si elle devenait autre chose qu’un objet de « com » qui délivre quelques infos sur les performances de nos athlètes, des infos de surfaces non développées et peu objectives, ou qui décrivent la mort de René Monal, transpercé lors d’un match en 1937. Très encourageant !
  • La fédération vient d’éditer deux beaux petits guides bien rédigés, bien illustrés et très clairs sur l’escrime scolaire primaire et secondaire. Ils ont le mérite de présenter parfaitement ce dossier et de proposer des exemples qui seront utiles aux débutants.
  • Un bon fonctionnement du dispositif d’inscription des découvertes scolaires même si certains problèmes ont parfois été rencontrés dans l’envoi des kits de communications. On notera également une bonne écoute des personnes en charge de la communication et des affaires scolaires.
  • Le site fédéral apparaît sous des couleurs très attrayantes au plus grand profit de l’escrime. 
  • Une nouvelle charte déontologique est en chantier pour faire place à un chapitre sur l’Honorabilité, suppose-t-on.

A part ça, on cherche…

- 22 mars 2022 - 1797 Views