Licence bénévole : le retour en « force »

Licence bénévole : le retour en « force »

Bien que la licence bénévole ait été refusée par les électeurs lors de la dernière assemblée générale de la Fédération Française d’escrime, les clubs viennent de recevoir un sondage présageant de son retour en force (dans le vrai sens du terme). Sous couvert d’une question – fermée, pas de possibilité de commenter – on voit bien ici la tentative de l’équipe fédérale de ramener sur un plateau (non) doré le sujet. Arguments biaisés, questions de fond éludées : quand on voudrait nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Décodage.

Reprenons tout d’abord les arguments donnés dans le « sondage »

« Parmi ses nombreux avantages, la licence bénévole ou volontaire FFE permettra » : 

  • On notera la formule consacrée en flou artistique « parmi ses nombreux avantages »

« Bénéficier du droit à la formation professionnelle dans le cadre du Compte Personnel de Formation (CPF) via le Compte Engagement Citoyen ».

  • Bien que le lien soit cliquable pour orienter vers un article plus complet, on oublie de préciser ici que ce droit est soumis à des nombreuses restrictions, la première d’entre elles étant de faire partie du bureau ou du CA. Et d’être très investi à hauteur de 200h par an ! On est loin du bénévole ponctuel… chargé de la buvette ou de l’installation des pistes qui ne pourra bénéficier de ce droit. On ne le dit pas clairement ? C’est voulu.
  • Par ailleurs, si l’on cible les membres du bureau, la licence dirigeant existe dans les statuts et le règlement. Quelle en serait la différence notable avec cette licence ? La FFE a d’ailleurs décidé de la gratuité de la licence dirigeant pour les trois membres du bureau de chaque club. On s’y perd. C’est voulu.

« Recenser les bénévoles actifs dans l’association, dont le nombre est à renseigner lors d’une demande de subvention ».

  • A-t-on vraiment besoin dans nos clubs (même les plus importants) de prendre des licences à nos bénévoles pour les compter ? Nous prendrait-on pour des ânes ?

« Accéder à l’assurance fédérale, comme pour tous les autres types de licences ».

  • L’assurance Responsabilité Civile de chaque bénévole couvre les risques liés à ce bénévolat, pourquoi prendre une assurance fédérale ?

« Mettre en valeur l’appartenance à la famille escrime ».

  • Depuis quand payer une licence permet d’appartenir à un groupe ou à une famille ? C’est méconnaître nos bénévoles qui s’engagent dans nos clubs. Le merci reçu en retour, la convivialité d’un repas, des applaudissements du public en fin de compétition : voilà ce qu’attendent les bénévoles !

Autres points complètement éludés dans ce « sondage »

  • Toute licence est assortie normalement d’un droit de vote : qu’en est-il ici ?  
  • Beaucoup de bénévoles ne s’engagent que ponctuellement : il faudrait licencier chaque bénévole en charge des sandwichs par exemple ?
  • Quelle serait l’application de la loi sur l’honorabilité pour ces volontaires ?
  • Quid de la fixation de la part régionale sur une telle licence: imposée par la FFE comme pour le Pass Découverte ou librement fixée telle que le prévoient nos statuts et ceux de la FFE ?

Enfin, et ce n’est pas le moindre des arguments contrant cette idée de licence bénévole : bénévole cela veut dire « bien vouloir ». Depuis quand faut-il payer pour être bénévole si ce n’est… pour gonfler artificiellement le nombre de licences d’une Fédération en perte sèche malgré ses médailles acquises à Tokyo ?

Conclusion : Au travers d’un sondage partiel et orienté, il s’agit de donner un « pour » ou un « contre » ce qui justifiera le bien-fondé d’une décision. On entend d’ici l’argument phare de la prochaine AG « les clubs ont voté pour ». On voudrait nous faire croire à une tentative de démocratie participative quand ce « sondage » n’est rien d’autre que du populisme.

- 4 mars 2022 - 547 Views