Que nous dit la nouvelle localisation des Pôles ?

Que nous dit la nouvelle localisation des Pôles ?

Le communiqué du 21 décembre 2021 de la Fédération Française d’Escrime concernant la localisation des « Pôles France Relève » a fait grand bruit.
De toute évidence, tant sur le fond que sur la forme, les décisions du Président heurtent bon nombre d’escrimeurs et d’escrimeuses.

Le maître Bernard Lataste a relayé un désarroi général à travers une lettre ouverte. Celle-ci a suscité la colère de notre président au point qu’il s’est fendu d’un appel téléphonique au cabinet de la ministre pour s’en plaindre.

Nous ne saurions trop inciter monsieur Gares à la modération dans ses réactions, car à y regarder de plus près, ses positions menant à cette nouvelle localisation des Pôles Relève pourraient révéler un état d’esprit autrement plus condamnable qu’une simple erreur sur le plan sportif.

Observons l’une après l’autre les décisions du président de la fédération sur ce dossier:

Il désavoue sa Directrice Technique Nationale :
Elle avait pourtant rédigé une localisation cohérente et propice à la réussite de la haute performance ; de plus, son projet avait l’aval de l’ANS.
Proposer une femme à ce poste allait dans le bon sens, lui dénier toute responsabilité est navrant.

Il néglige de consulter la commission nationale d’épée dames :
Il est étonnant que cette instance n’ait pas été consultée sur cette localisation. C’est même impensable, surtout lorsqu’à sa tête est placée une femme d’une grande notoriété, championne olympique et ancienne ministre. Elle avait certainement son avis à donner sur ce sujet ; d’autant plus qu’elle a passé de multiples heures sur les pistes d’escrime du CREPS de Bordeaux pour préparer des épreuves capitales pour sa prestigieuse carrière sportive.

Il décide du déplacement de l’intégralité des Pôles France Relève féminins :
Pourquoi l’ensemble des pôles féminins devraient-ils subir une délocalisation. Les escrimeuses seraient-elles des pions, de simples variables d’ajustement, permettant de finaliser un projet plein d’incohérences et non argumenté ?

Sa précipitation porte préjudice à un cadre féminin en formation :
S’est-il inquiété avant de prendre sa décision qu’une ancienne épéiste de haut-niveau, intervenait au PFR épée dames et au Pôle Universitaire du CREPS de Bordeaux ? Elle a malheureusement rejoint les dommages collatéraux de ce transfert précipité. L’escrime française dispose-t-elle de tant de cadres féminins qu’il est sans conséquence d’en fragiliser une susceptible d’entraîner un jour l’équipe nationale ?

On ne peut s’empêcher de trouver dans cette succession de décisions l’oubli voire le mépris d’avis, de consultations, de situations de femmes, qu’elles soient athlètes, cadres ou dirigeantes.

Incontestablement, l’image, le rôle et le respect dus aux femmes méritent d’être revus au sommet de notre fédération.

Le Président de la FFE, bien qu’éphémère conseiller ministériel, ne peut ignorer que la lutte pour l’égalité femme/homme est une action forte du gouvernement et particulièrement de notre ministère. Et penser le contraire serait lui faire injure…

- 12 janvier 2022 - 1719 Views