Quid de la stratégie de formation de la FFE ?

Quid de la stratégie de formation de la FFE ?

Nous avons appris que la FFE avait signé une convention avec la fédération française de judo et son centre d’apprentissage afin de permettre aux élèves maîtres d’armes et à leurs employeurs de bénéficier des dispositifs d’aides liées aux contrats d’apprentissage.

Restons prudents sur ce projet car nous n’en savons pas grand-chose et qu’à notre connaissance, il n’a pas été débattu au sein du comité directeur de la FFE ni même au sein de l’IFFE, qui d’ailleurs n’est toujours pas pourvu d’un conseil d’administration légitime depuis octobre 2020. Mais ce type de décision qui engage à devenir « sous-traitant » d’une autre fédération, n’est pas un signe positif quant à l’avenir d’une formation maîtrisée.

On peut saluer le fait que la Fédération Française d’Escrime mette en place des solutions pour faciliter l’accès à l’apprentissage d’autant plus que les dispositifs d’aides de l’état favorisent cette voie. Chercher à mutualiser les efforts entre Fédérations peut être aussi une bonne solution pour certaines actions quand on sait que les sources de financement sont de plus en plus compliquées à trouver. Cependant, concernant le sujet de la Formation, cœur de toute stratégie de développement d’une fédération, on ne peut que regretter que la nôtre n’ait pas trouvé en son sein les ressources pour proposer son propre CFA. Pourtant une piste existait avec celle développée par le CERA (Centre de formation Escrime Rhône-Alpes), avec le CFA sport et animation de Vienne qui, depuis un an, a mis en place un apprentissage pour accéder au diplôme BPJEPS. Nous avions proposé une réflexion pour éventuellement transformer l’IFFE en CFA en précisant bien que cela nécessitait un temps d’étude préalable avant de s’engager dans un processus long. C’est pourquoi nous avions dénoncé la promesse électorale d’un CFA métiers de l’escrime ainsi que de « l’aide unique à l’embauche d’un montant de 8000 euros à la rentrée 2020 », promesse impossible à tenir.  Espérons que ce choix de s’en remettre à une autre Fédération est basée sur d’autres motivations que de remplir, bien mal, une promesse électorale.

Pour répondre aux besoins spécifiques de l’escrime, il faut une vision stratégique claire et un moyen de développement fort tel que l’IFFE, essentiel pour le rayonnement de la formation en France et à l’étranger.

- 11 avril 2021 - 392 Views